le Dimanche 5 avril

Jean,Cyril Annick

Jean topographie

On va à l’africaine y faire la suite de la topo et revoir cette trémie sans trop de conviction d’un passage possible.Cyril me suit suivi d'Annick.

Après une quinzaine de visées

 

 

 

 

 

Cyril au sommet du puits Duvalia

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

sous la trémie

je me retrouve devant la trémie

et comme d'habitude devant un colmatage, je prends un bloc d’un kilo environ et je tapote de droite et de gauche dans le but d’entendre un écho ou autre bruit semblable.  au choc une résonance se fait entendre. Mais ça vient de la trémie. Que faire. Je me protège dans le passage le plus étroit et avec une barre à mine fine et à bout de bras je titille la trémie , des blocs descendent, mais il me faut en retirer, pour cela il faut que j’y aille. Je retire quelques blocs avec délicatesse en surveillant les blocs au dessus de ma tête qui doivent faire environ 200 à 300 kg pièce. Cela se passe bien, Cyril évacue les blocs. et une heure plut tard un passage se dessine devant

j’arrive à y passer la tête toujours avec ces colosses au-dessus de moi je me fais le plus maigre possible et me glisse dessous pour y voir un peu mieux. J’arrive à voir une galerie avec un ressaut de quelques mètres. Mais je ne peux m'y engager car il nous faut sécuriser ce passage avant d’aller plus loin de l'avis général. La trémie n'a pas l’air d’être imposante, la sécurisation devrait être rapide.

 Jean

 

Lundi de Pâques

Cyril n’est pas des nôtre car son véhicule est HS. Donc on y retourne avec Annick. Je charge un kit de grosses chaines  de 3 m environ, des goujons inox et maillons rapides, perforateur,batterie. Soit un kit  d’environ 15 kg, Annick elle prendra son appareil photo. Une fois sur place on déballe la ferraille, et je me mets au boulot, je retourne sous la trémie et commence à percer une rafale de trous pour recevoir les goujons. Ensuite je réalise un filet de protection avec les chaines que je dispose et installe le tout.

filet de protection

 

 

Annick me passe le matos au fur  et à mesure tout en prenant des photos. 1h30 plus tard le tout est posé, mais je ne peux protéger qu’une partie avec le matos dont je dispose . Il reste un gros bloc à la sortie qui me semble bien traître.

Je ressors ma barre à mine et je reste sous la zone que je viens de protéger. Au premier coup rien au deuxième il bascule entraînant avec lui ses copains soit environ une centaine de kg qui tombe. Il me faut les retirer ce que je fais dans la foulée.

Le passage est ouvert ! je me refais le plus maigre que je le peux et franchis le passage. Avant d’aller plus loin je me retourne pour voir la trémie il reste encore un bloc collé à la paroi et pas des moindres je l’estime à plus de 200 kg à lui seul il faudra le câbler, Annick reste de l’autre côté en sécurité ; je progresse sur 15 m environ pour buter sur un passage bas qui file sur 5 m avec un coude à gauche

la suite

au retour je prends des photos d'Annick dans l'étroiture

Annick avant le passage sous trémie

ce n’est pas fini l’Africaines ne nous a pas tout dévoilé !

une affaire à suivre

Annick, Jean