Jean, Annick

Avec le Gouffre des Amateurs de Gouffre 

Aide logistique GSO Henri Laborde

Objectifs du camp :

Secteur d’Ailhaïs

I° reprendre  la prospection de surface au dessus d'Ailhaïs

P1000926

Secteur de Castillou

2°vérifier une doline perte  

3°prospecter autour de Castillou

 

Matériel de progression :

Matériel collectif spéléologique (cordes, mousquetons, sangles)

Matériel individuel de progression

Matériel de désobstruction :

 

Piquettes, pelles, sceaux, éclateurs de roche, groupe électrogène, perforateur TE30 HILTI

Matériel de mesures :

GPS, thermomètre plus un anémomètre basse pression  

 

 

 

Nous remercions vivement Monsieur Maunas   Maire de Lées Athas pour le prêt de la cabane forestière ainsi que le Garde Forestier.

Car nous sommes ainsi sur la zone à pied d’œuvre pour mener nos prospections.

 

I)        SECTEUR D’ALHAÏS :

 

 

PROSPECTION DE SURFACE AU DESSUS D’ ALHAÏS

Plusieurs remontées des Arrigauts et ses alentours, dans l’espoir de découvrir une 

 

éventuelle perte qui nous permettrait de shunter les deux siphons d’Ailhaïs.  

Les recherches sur le terrain n’ont rien donné de significatif, nous avons pu constater que les Arrigauts se perdent sur une centaine de mètres selon le débit de l’eau. Le ruisseau se perd sur des fissures très étroites, aucun regard n’a pu être découvert à ce jour mais nous avons espoir dans trouver un. Car derrière le siphon 2 une cheminée existe bien, au pied de celle-ci les caillo

 

ux sont bien lessivés et les parois ont des signes d’arrivées d’eau. 

II)              SECTEUR DE CASTILLOU : DOLINE PERTE

 Du col de Bouesou montée dans la zone de la doline pour repérage

Christophe André l’ancien garde forestier avait fait placer une buse pour dévier l’eau de la piste. Celle-ci se déverse dans une belle doline au fond de laquelle un effondrement s’est ouvert, circulaire 2x3m 1 ,80 de hauteur, Eric remarque qu’il y a eu un gros soutirage. Départ d’un beau chenal de voûte. En amont un petit canyon s’est formé et se perd dans la doline au niveau de l’effondrement.

Le premier jour nous avons pu remarquer un courant d’air au fond de la doline, nous l’avons  mesuré et  pris la température à l’entrée du trou : 10°6

Une séance de désobstruction s’en est suivie et nous  avons sorti 1 m cube de terre.

La deuxième fois, on ne sent plus de courant d’air  et la température du trou 10,3 °

 

La troisième séance toujours pas de courant d’air nous l’avons perdu,  la température est de 10°3, nous prospectons aux alentours mais rien n’est découvert si ce n’est que quelques girolles.

Malgré le manque de courant d’air c’est une des pertes à surveiller car son orientation est très bien placée et elle pourrait éventuellement devenir un jour une entrée haute de Castillou.   

III)     PROSPECTION AUTOUR DE CASTILLOU

001 (122)

 

 De la route nous repérons un petit ruisseau qui coule bien. On le remonte sur 150 mètres environ pour arriver sur une émergence. Elle sort à travers les limons et graviers. Mais la roche en place est loin, à plus de 5 mètres. L’eau coule sur un lit de graviers, on creuse néanmoins pendant 5 heures au dessus dans le limon, cela vient assez facilement  Mais on ne trouve pas le calcaire. Ce n’est qu’après avoir bougé plus d’ 1m3 que nous nous arrêtons de creuser. Nous décidons d’aller voir plus haut, la petite combe s’arrête brutalement sur un gros bloc de calcaire d’où sort une autre arrivée d’eau, à sec celle là.

 

 Sur la même courbe de niveau que l’émergence, à une cinquantaine de mètres Jean repère un autre petit ruisseau à sec avec les cailloux de surface bien propres à l’extrémité de celui-ci  un tout petit trou  souffleur 10x20 cm, il souffle de façon incroyable, il fait le test de la fumée, de la feuille, l’un et l’autre sont éjectés du trou. Le courant d’air est très fort. Jean retire l’humus qui masquait en partie le trou.

Et cette fois ci de gros blocs de calcaire empêchent de travailler plus en avant dans la faille. Annick sort toutefois des blocs à bout de bras de l’étroiture. On prend des photos. Il faut retirer le gros bloc pour pouvoir accéder plus loin et élargir. Le passage est horizontal.

Ce trou ne s’ouvre pas loin de Castillou, à environ 150 mètres de l’entrée

 

 .Cette nouvelle entrée se situe dans l’axe du P 70 à environ 250 mètres pour un dénivelé de  60 mètres du puits de 70 m il est donc intéressant. Là aussi si la jonction se réalise cela pourrait relancer les grandes explorations dans Castillou. Car une partie des siphons du fait seraient shuntés.  

Nous y retournons pour reprendre des mesures de vitesse de l’air, le courant d’air est moins fort, mais toujours présent et bien motivant, un marquage bleu sur un arbre est fait.

 

Le 12/08/2015

Température extérieure à 1mètre du sol : 22°

Température intérieure à un mètre de l’entrée : 9°8

Le 13/08/2015

 

Température extérieure à 1mètre du sol : 17°

Température intérieure à un mètre de l’entrée : 9°8

Vitesse de l’air à la sortie de la cavité : 0.15 ms

 

 

Malheureusement c’est la fin du camp et ne pouvons plus travailler sur ce trou mais nous reviendrons probablement faire un tour dans l’hiver.  

 

 

IV)    SORTIE PHOTOS A CASTILLOU

001 (42)

Après la remontée le long du ruisseau qui mène au  trou qui  s’ouvre au pied d’une belle barre rocheuse. Dès le début on se mouille dans la vasque et après le premier passage bas, on aperçoit dans l’eau une musaraigne flottant sans vie.

Plus loin Jean prend des photos du premier grand gour, puis une autre  dans la galerie des gours ,ils sont à sec.

Plus loin les vasques sont ennoyées, nous rebroussons chemin n’ayant pas de néoprènes. Là aussi nous reviendrons y faire des photos avec du matériel adapté à l’eau

Cela était une petite sortie bien sympathique, le seul regret que nous avons, est de  ne pas avoir fait suivre les instruments de mesures de l’air et température mais ce n’est que partie remise.

 Jean Blanc Annick Blanc